Commune De Michery

A MICHERY

L’église
Saint-Laurent date du XII°-XIII° siècle.
Sa construction a sans doute débuté en 1168 pour se terminer en
1189. En 1193, une bulle du Pape Célestin III autorise l’ouverture
au culte de l’église. Les habitants de Michery ont alors vécu
l’effervescence de ce vaste chantier. Ils ont participé eux-mêmes
au charroi des matériaux. Ils ont observé le travail et les
méthodes des maîtres artisans : tailleurs de pierre,
sculpteurs, maçons, charpentiers, verriers…

L’édifice
est un parfait exemple de l’architecture du tout
premier style gothique.

La nef est
composée de deux travées doubles à voûte ogivale sexpartite ;
les bas-côtés ont chacun quatre travées à voûte quadripartite.
L’ensemble de ces voûtes est supporté en alternance par des
piliers massifs à section rectangulaire et des piliers ronds plus
légers. Sur chacun des bas-côtés, s’ouvrait autrefois une petite
porte, aujourd’hui bouchée, dite « porte des morts »,
car elle donnait sur le cimetière qui entourait l’église.

Le chœur
d’environ 70 m², relié sans transept à la
nef, est d’esprit
cistercien. Il se termine par un chevet plat,
percé à l’origine de trois fenêtres en lancettes murées au
XVII° siècle pour installer le grand retable en bois avec ses
statues et son tableau de « La Déposition de Croix »
classé monument historique depuis 1984. Le maître autel a disparu.
Jusqu’au XVII° siècle, le dallage du chœur s’élevait d’un
mètre au-dessus de la nef. Le chœur était séparé de la nef par
un jubé dont il ne reste aucune trace.

Tous les
parements de l’église sont en grès
stampien, très abondant dans la région.
Seuls les voûtains (remplissage des voûtes entre les arrêtes) sont
en craie, matériau
léger exploité sur place.

L’église
se singularise surtout par un imposant clocher-porche
à voûte ogivale quadripartite et aux portes décorées de
chapiteaux sculptés.

Cette
tour-porche qui ne
faisait pas partie du programme initial de construction de l’église
a été rajoutée alors que le reste de l’église venait d’être
achevé, sans doute vers 1200-1215. A l’époque, le porche a une
utilité spécifique : pendant l’office, les portes ouvertes,
l’église accueille les catéchumènes qui n’ont pas encore le
droit d’entrer dans l’église, mais aussi les pauvres et les
nécessiteux et elle sert de refuge aux pèlerins de passage. C’est
un espace de transition entre le monde laïc et le monde religieux :
l’asile ecclésiastique, droit de refuge sous la protection de
l’église, ne s’exerce pas dans l’espace du porche.

Eclairée
par des meurtrières d’apparence militaire, la grande salle de
l’étage de la tour ouvrait vers l’intérieur de l’église par
une grande baie, aujourd’hui masquée, chapelle haute constituant
une tribune pour permettre aux seigneurs donateurs d’assister à
l’office en hauteur, en toute discrétion mais en position
dominante.

Beaucoup de
sépultures existaient dans l’église. Les pierres tombales ont
malheureusement disparu.

L’église
de Michery, à l’image des basiliques byzantines et des basiliques
romaines, était entièrement peinte
avec un décor plus riche pour le chœur. Ces peintures ont
malheureusement en grande partie disparu.

On peut
admirer de nombreux vitraux.
Au-dessus du portail principal, le beau vitrail du « Paradis
Terrestre » date de 1880, de même que les vitraux des
bas-côtés. Ceux du chœur, qui représentent les Saints-Patrons de
la paroisse, ont été installés en 1906. L’église a deux
Saints-Patrons : Saint Laurent et Saint Sulpice, représentés
aussi par les statues en bois du retable. Elle honore également
Saint Antoine et son cochon, Saint Edme, la Vierge Marie avec une
statue d’époque Renaissance, et une Vierge à l’Enfant issue de
l’art populaire.

L’église
Saint-Laurent a été classée par arrêté du
20 février 1907.





EN
BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ

DANS L’YONNE

La
Chapelle-sur-Oreuse

L’église
Saint-Laurent-du-Gril date des XIV° ET XV°
siècles : tour du clocher avec tourelle
d’escalier percée de meurtrières ; deux nefs plafonnées à
quatre travées ogivales ; voûte du chœur à arêtes
prismatiques (XV° siècle) ; gros pilier cruciforme biseauté ;
retable de l’Annonciation en bois Renaissance ; groupe
Sainte-Anne ; la Vierge et l’enfant (XIV° siècle).

Saligny

L’église
Saint-Laurent, construite au XVI° siècle,
est classée au titre des Monuments
Historiques en 1979 pour ses peintures de la
voûte et inscrite également en 1979 pour ses façades et toitures.

Cérilly

A côté du
maître autel, se trouve une statue en pierre
de Saint Laurent, datant du XVI° siècle.

Au-dessus du
maître-autel, on peut remarquer un tableau peint par Restout, copie
d’un portrait du cardinal de Bérulle faisant hommage à la Vierge
de ses religieuses carmélites.

Fontaines

L’église
romane, qui fait
partie de l’ancien diocèse d’Auxerre, mesure 30 mètre de long.
Elle est composée d’une nef et d’un chœur comportant une travée
droite et une abside semi-circulaire. Un collatéral a été rajouté
du côté nord lors de la réfection de la nef au XVI° siècle. Le
clocher situé sur la travée de chœur a été refait au XIX°
siècle.

Chichery

Les 1ères
pierres de l’église Saint-Laurent remontent au XIII°
siècle.

Perrigny

La 1ère
pierre a été posée le 22 mai 1864, en remplacement de la petite
église située dans le cimetière qui tombait en ruine et devenait
dangereuse. Elle a été bâtie dans le style
du XIII° siècle avec une nef en croix
latine.



DANS LA NIEVRE

Saint-Laurent-
l’Abbaye


L’Abbaye
augustinienne a beaucoup souffert au cours de l’Histoire. D’abord
un monastère vers 530, converti en abbaye à la fin du XI° siècle
dédiée à Saint Laurent en 1147.
Pillée pendant la Guerre de Cent Ans, ruinée et incendiée aux XV°
et XVI° siècles, puis sous la Révolution. Un incendie au XIX° et
l’effondrement du clocher en 1945.

En 1980, une
association de sauvegarde est créée. L’Abbaye est classée
Monument Historique en 1996.


La Charité-sur Loire

L’église
Saint-Laurent a été fondée en 1059
par Cluny. Elle a souffert des Guerres de Religion. En 1837, menacée
par la construction de la route nationale, elle est sauvée de
justesse par Prosper Mérimée, qui la fait classer
au titre des Monuments Historiques en 1840.

En 1975, on
découvre les vestiges du chevet roman de l’ancienne église.

Depuis 2001,
d’importants travaux de rénovation ont été entrepris dans le
prieuré clunisien au nord de l’église.

Arthel

La nouvelle
église de style néo-roman
et de plan en croix a été reconstruite de 1872 à 1881 pour
remplacer l’église paroissiale qui datait du X° siècle.

Le clocher
carré est percé sur ses quatre faces de baies doubles, la flèche
et la toiture sont couvertes d’ardoises.

A
Gimouille


L’église
est datée des XII°-XVI° siècles.
Elle possède une abside en cul de four ovoïde, un clocher central
carré coiffé d’un toit pyramidal en ardoises, un portail en
saillie, des chapiteaux, un linteau et des corniches sculptés, une
Vierge à l’Enfant et à la colombe classée en 1913.

Béard

L’église
Saint-Laurent a sans doute été une cure rattachée à un prieuré
avant le XIII° siècle et sa construction primitive remonte sans
doute au XI° siècle..
Elle est pillée à la Révolution et vendue comme bien national.

Elle est
typique de l’art roman bourguignon
avec un plan basilical à une seule nef et un transept saillant doté
de deux chapelles semi-circulaires, une coupole sur trompes et une
tour-clocher.

Elle a subi
de nombreuses restaurations, suite aux dégradations du temps et à
un incendie qui la ravagea.

Elle a été
classée en 1972.

Verneuil

Construite
entre la fin du XI° et le XII° siècle, l’église Saint-Laurent
est de style roman et
a été remaniée au cours du temps : une absidiole sur la
partie nord du chevet et une sacristie sur la partie sud ont été
ajoutées.

Elle possède
un portail en saillie surmonté d’un fronton triangulaire, peu
d’ouvertures (deux baies hautes et étroites), un mobilier modeste
avec cependant des fonts baptismaux du XV°
siècle, une tour carrée à deux étages qui
comporte deux cloches, Renée-Anne et
Gabrielle-Marguerite-Marie-Louise.

EN SAÔNE-ET-LOIRE

Saint-Laurent-en-Brionnais

L’église
Saint-Laurent, qui dépendait de Cluny, remonte au XII°
siècle. Mais seuls le transept et le chœur
sont encore romans, la
nef ayant été reconstruite au XIX° siècle.

Elle possède
un chevet avec trois absides, une croisée couverte d’une coupole,
des chapiteaux et des bases de colonnes sculptés, un clocher à
trois étages de baies avec demi-colonnes.

Elle a été
classée en 1874.

Tournus

La chapelle
Saint-Laurent construite dès 946 est l’un
des rares édifices préromans encore debout
en Bourgogne. Cachée dans une cour privée, elle est désaffectée.

Le petit
édifice austère présente un plan simple, avec une nef non voûtée,
un chœur surmonté d’un petit clocher et une abside rectangulaire
à chevet plat, ainsi que quelques fresques anciennes.

Le
Creusot

L’église
Saint-Laurent a été construite de 1842 à
1848. Le clocher initial a été rehaussé
jusqu’à 41 mètres et contient trois cloches.

Rully

L’église
Saint-Laurent date du X° siècle.
Elle a subi de nombreuses restaurations, dont le plafond de la nef en
lambris.

Tavernay

L’église
Saint-Laurent, de style néo-gothique,
a été construite de 1868 à 1872.

Elle possède
de nombreux vitraux et statues, dont certains représentent saint
Laurent.

EN CÔTE-D’OR

Arnay-le-Duc

Les origines
de l’église remontent à 1092, mais il n’en reste aucun vestige.

L’église
est peu à peu reconstruite à partir du XV° siècle : la nef
et les bas-côtés, le chœur et des chapelles de style
flamboyant, le plafond Renaissance
de la chapelle Saint-Joseph, la façade principale et le vestibule
dans le style néoclassique,
le dôme de style Jésuite,
la voûte primitive en pierre remplacée par une voûte en bois.

L’édifice
est classé en 1875.

L’église
possède dix chapelles et renferme de nombreuses œuvres d’art,
dont une peinture du Martyre de saint Laurent.

Daix

Jusqu’au
XVII° siècle, le village et l’église de Daix se trouvaient à
l’emplacement de l’actuel cimetière. Aux alentours de 1640, la
population du village se déplaça en contrebas du coteau à
l’emplacement du village actuel. Les maisons de l’ancien village
disparurent et seule l’église, bâtie dans le cimetière au lieu
dit du « Paradis », fut conservée à son emplacement
d’origine. Au début du XIX° siècle, l’ancienne église fut
démolie et une nouvelle église de style
néo-roman fut construite dans le village
actuel.

L’édifice
est en pierre et présente un plan en croix latine. L’accès se
fait par une tour-porche, comme à Michery,
avec un toit à quatre versants en tuile. Le portail en plein cintre
est surmonté de deux séries de trois petites baies en plein cintre.



EN HAUTE-SAÔNE

Champagney


Cet édifice de vastes
dimensions est construit en très beau grès rose avec un clocher
carré à toit bulbeux coiffé d’un haut lanterneau, un portail en
plein cintre à métope et fronton triangulaire. Sous son porche
voûté, trois cloches et un carillon de 21 cloches.

C’est une église-halle
à trois nefs de cinq travées voûtées en berceau et séparées par
de robustes colonnes doriques.

Laître-sous-Amance

Cette église
du XII° siècle a un
portail roman du XI° avec un tympan représentant le Christ en
Gloire, des baies romanes en triplet dans le chœur et un
maître-autel du XVII° doré à la feuille d’or.

DANS LE
JURA

Loulle


Il
semblerait qu’une église paroissiale ait précédé celle de
Loulle. En 1155, cette
église passa sous le contrôle de Jocelin premier abbé de Balene.
L’église actuelle, de forme ogivale, date du XVI°
siècle, mais son clocher semble plus récent.

Saint-Laurent-la-Roche

Une
chapelle a été érigée en 901, puis le reste de l’église a été
édifié. Elle se compose d’un porche, d’une nef, d’un chœur,
d’un clocher sur le milieu de la nef, de quatre chapelles et d’une
sacristie. Des traces de fresques subsistent.

L’église
a été classée en 1990.

DANS LE
DOUBS

Ornans


L’église
actuelle a été construite entre 1546 et
1553. Au même emplacement existait une
église romane au XII° siècle, plusieurs fois ruinée au cours des
trois siècles suivants.

L’église
gothique actuelle fut
consacrée en 1572.

Son aspect
extérieur reflète les problèmes de sa construction :
l’immense toit de lauze sert à cacher les arcs-boutants qui ne
sont là que pour pallier les erreurs du maître maçon.

Le
clocher comporte deux parties bien
distinctes : l’une romane
avec des ouvertures en plein cintre, l’autre du
XVII° siècle. Le tout est chapeauté par un
élégant dôme surmonté d’un lanterneau et d’une flèche.

Le tableau
central du retable du XVII° siècle,
copie d’une toile du Titien, représente le martyre de saint
Laurent qui amena les pauvres du diocèse quand le juge le somma de
lui livrer toutes les richesses de l’Eglise.

On peut voir
aussi un bâton de procession
consacré à saint Laurent.

L’église
a été classée Monument Historique en 1931.

Mouthier-Haute-Pierre

L’église
Saint-Laurent, de style
gothique, fut
construite au XIV°, XVI°, XVII° et XVIII° siècles. Elle a été
classée en 1926.

Seloncourt

L’église a été
construite au XIX° siècle
de 1891 à 1893.

DANS LE
TERRITOIRE DE BELFORT

Bermont

Du XII°
siècle, l’église ne conserve qu’une
partie du chœur et une abside polygonale.

EN FRANCE

Paris
(Seine)

L’église
Saint-Laurent (dans le X° arrondissement) a été fondée au VI°
siècle. Située hors les murs, elle fut
pillée et détruite par les Normands en 885. Une nouvelle église
Saint-Laurent est attestée en 1180. Mais devenue trop petite, elle
fut démolie pour faire place à l’église actuelle reconstruite
dans le style gothique flamboyant au début du
XV° siècle. Au XVII° siècle, on continua
la construction dans le style classique.
Mais en 1655, on voûta la nef et le transept en croisées d’ogives.

En 1654, on
redécore le chœur avec des colonnes corinthiennes, des frontons et
des cartouches. Derrière l’autel, on ajoute un retable monumental
en forme d’arc de triomphe qui encadrait un bas-relief aujourd’hui
disparu.

Sous le
second Empire, la façade du XVII° siècle fut détruite, l’église
allongée d’une travée, une façade de
style néo-gothique reconstruite, une flèche
en plomb ajoutée. On ajouta un fronton en lave émaillée en 1870.

Sur le
portail figue le symbole de Laurent de Rome, un gril entouré de
flammes.

Après de
premiers classements et inscriptions au titre des Monuments
Historiques en 1945, l’église est entièrement
classée en 2016.

Rosny-sous-Bois
(Seine-Saint-Denis)

L’église
date des années
trente. Son
fronton est constitué de pierres meulières et de briques, tandis
qu’à l’intérieur sa nef unique est soutenue par des arcs
brisés.

Nogent-sur-Seine
(Aube)

La
construction de l’église Saint-Laurent a commencé en 1421 et
s’est étendue jusqu'à la moitié du XVI° siècle. Au niveau
architectural, l’église présente un grand
intérêt, celui d’une construction
interrompue sans doute par manque de
financement : les piliers dans la nef, les bas-côtés et le
chœur semblent coupés. Le deuxième intérêt
est artistique : commencée à l’époque
du gothique tardif,
l’église s’est enrichie de chapelles de style Renaissance.

De plus,
l’aspect artistique est rehaussé par la présence de nombreux
tableaux, la plupart inscrits au titre des
Monuments Historiques et par l’orgue de
tribune de style Renaissance.

Laval-en-Brie
(Seine-et Marne)


La
construction de l’église actuelle remonte pour la partie la plus
ancienne à l’époque romane
(murs sud et ouest de la première travée de la nef et mur
occidental du bas-côté sud, vestiges d’une église antérieure
détruite au XIII° siècle). Le chevet, les deux bas-côtés et la
partie basse du chevet sont refaits à l’époque
médiévale. Le dernier étage du clocher et
sa flèche datent de l’époque classique.
La sacristie fut rajoutée au moment de la restauration du monument
en 1843.

L’église
a été classée en 1908.

Rennes
(Ille-et-Vilaine en Bretagne)


L’ancienne
église Saint-Laurent-des-Vignes fut créée entre
650 et le début du X° siècle. Lors de la
Révolution française, Mathurin Le Huger acheta l’église et la
sauva des dégradations des soldats révolutionnaires en y
établissant un magasin de fourrage. En 1944, l’église fut
incendiée par des obus incendiaires. Désaffectée
en 1970, elle a été transformée en lieu de stockage, puis vendue
à une sculptrice pour en faire un atelier d’artiste.

La nouvelle
église Saint-Laurent a été reconstruite dans le secteur du
Gros-Chêne.

Saint-Laurent
(Côtes d’Armor)


C’est
une église du XVII°
siècle.
Elle a été classée
en 1926.

Saint-Laurent-sur-Mer
(Calvados)


L’église
a été fondée en 1065 en présence du Duc de Normandie, le futur
Guillaume le Conquérant.

La
nef et le chœur datent du XII° siècle et le clocher du XIV°
siècle. Ils ont été remaniés au XIX° siècle.

Fortement
endommagés en 1944, le clocher et la nef ont été refaits en 1950.

Richebourg
(Pas-de-Calais)

Ce
fut la première église reconstruite après la Première Guerre dans
la région. Richebourg étant situé à proximité du front, en 1918,
l’église n’était plus que ruines.

Benfeld
(Bas-Rhin)


L’église
Saint-Laurent est considérée comme la plus ancienne en Alsace et
remonterait à l’époque mérovingienne.
Le chœur médiéval
fut reconstruit en 1352. L’église fut agrandie en 1840 et 1861.
Les stalles du chœur gothique (XV° siècle)
proviennent de l’ancien couvent d’Ehl. Le clocher fut détruit en
janvier 1945 lors des bombardements de l’artillerie allemande.

Sausheim
(Haut-Rhin)

La 1ère
église romane fut
construite au XI° siècle
pour remplacer la chapelle initiale.

La 2ème
église, construite en 1705 au même emplacement, était de
dimensions modestes : elle pouvait recevoir 168 fidèles.

La 3ème
église fut construite à partir de 1861, après que l’on eût rasé
entièrement la précédente. Elle fut bénie et dédiée à saint
Laurent en 1867. Le clocher et la nef furent incendiés en 1945.
L’église fut reconstruite 1951 à 1955.

Angers
(Maine-et-Loire)

C’est un
petit édifice à une seule nef carrelée avec chœur d’une travée
et abside en hémicycle, et avec d’antiques petites fenêtres
romanes du XII° siècle.
Le clocher est une tour carrée percée de petites fenêtres plein
cintre du XVI° et du XVII° siècles
et terminée par une flèche en charpente. A l’intérieur, on peut
voir une statue peinte de saint Laurent et plusieurs objets classés.

Parthenay
(Deux-Sèvres)

L’église
Saint-Laurent a subi de nombreuses transformations. De l’église
primitive, il ne reste que les sculptures méplates remployées sur
la façade. La tour-porche du XI° siècle
a été reconstruite et surmontée d’une flèche en 1870. La nef
latérale nord (trois travées gothiques
flamboyant) et le vitrail de l’abside
datent du XV° siècle. En 2014, un incendie détruit le retable du
XVII° siècle.

Elle a été
classée Monument Historique en 1862.

Sainte-Même
(Charente-Maritime)


L’église,
construite probablement au XII°
siècle et dont
il ne reste que la façade, sera largement modifiée au cours des XV°
et XVI° siècles.

Le
Puy-en-Velay (Haute-Loire)

La première
église fut construite en 1221 et
agrandie en 1340. Les entrailles de Duguesclin y sont déposées dans
un enfeu en 1380. Le grand orgue y fut inauguré en 1882.

L’édifice
est classé en 1906.

Reilhac
(Cantal)

L’église
de Reilhac, la plus ornée de la région d’Aurillac, remonte au
XII° siècle. La nef
romane dépourvue
d’ornements contraste avec l’ensemble chœur-abside richement
décoré. Au XV° siècle et plus tard, on adjoignit trois chapelles.
Tous les chapiteaux ou presque sont ornés de sculptures.

Elle a été
classée en 1968.

Orliac-de-Bar
(Corrèze)


L’église
est citée dès le XII° siècle,
mais a été reconstruite au XV° siècle.
Elle est dotée d’un portail gothique
et de trésors classés au titre des Monuments Historiques : les
cloches, le tabernacle baroque du XVII° siècle à ailes en bois
doré, la statue de la Vierge de Pitié du XV°, le reliquaire et la
châsse.

Marseille
(Bouches-du-Rhône)


C’est la
seule église paroissiale du Moyen-âge ayant subsisté jusqu’à
nos jours. Elle a été construite à l’aide des pierres roses
provenant de la carrière de Cap Couronne.

De style
romano-provençal, simple et aux dimensions
modestes, son dépouillement et l’absence de toute ornementation
sculptée rappellent le style des abbayes cisterciennes : trois
nefs séparées par de gros piliers carrés. Au XVII° siècle, on y
ajoute la chapelle Sainte Catherine.

Elle a été
classée Monument Historique en 1950.

Saint-Lions
(Alpes-de-Haute-Provence)

L’église
date du XVI° siècle
avec des travaux au XIX° siècle. La nef, qui ne compte que deux
travées, est voûtée d’arêtes.

Son mobilier
comporte une cloche de 1580, ornée d’une scène de la Présentation
de Jésus au peuple.

Argelès-sur-Mer
(Pyrénées-Orientales)

L’église
Saint-Laurent-de-Mont, construite au XII°
siècle d’une seule traite, devint église
paroissiale pour les nombreux mas alentour. En 1939, elle servit
d’abri aux Espagnols fuyant le franquisme, puis fut reconvertie en
bergerie. Récemment une association lui a redonné sa vocation
première.

Auga
(Pyrénées Atlantiques)

L’église
romane est datée du
XII° siècle. Elle a
été complétée et remaniée au fil des siècles : un
collatéral et une sacristie au XVIII°, de très beaux vitraux plus
récemment.

Elle se
caractérise par un grand clocher-mur typique du Béarn, couronné
d’une croix de pierre. Elle est construite en galets du Luy de
France.





EN OUTREMER

Saint-Laurent-du-Maroni


Cette ville
de Guyane d’un département d’outremer situé en Amérique du Sud
se trouve au bord du Maroni à la frontière avec le Suriname et est
surtout connue pour son bagne.

La première
chapelle, construite en bois en 1858,
était située face au fleuve. Elle fut démontée en 1869 et
remontée dans le parc des services pénitentiaires pour servir
d’atelier. Une autre église fut construite entre 1868 et 1872 à
l’emplacement de l’actuelle mairie. Mais tout en bois, l’édifice
fut rapidement dévoré par les termites

L’église
actuelle a été construite en 1889
face au village. Son originalité réside dans sa structure
métallique avec remplissage de briques et
posée sur un soubassement de granit.

Le plan de
l’église est rectangulaire à chevet plat avec une entrée par un
clocher-porche. Le clocher est soutenu par quatre colonnes de fonte
formant un porche supportant un fronton triangulaire.

Cette église
plutôt exigüe devait accueillir la population pénale et civile de
Saint-Laurent, mais cette dernière ne voulait pas être mélangée
aux bagnards. Aussi seules les femmes condamnées furent autorisées

à assister aux offices.